Arc de Triomphe
Théâtre Antique
 RECHERCHER

Colonne Arc de Triomphe

Accueil > Découvrir > Monuments, musées, sites > Arc de Triomphe

Arc de Triomphe restaure Détail : Panneau d'armes Façade Sud Détail de l'Arc Attique supérieur de l'Arc. Combat entre Romains et Barbares.

Arc de Triomphe

 

 

La cité antique d'Orange semble faire table rase de toutes les occupations antérieures. Rien ne prédisposait à la création d'une cité en ce point de la plaine au nord de la colline. Vents, marécages, inondations y constituaient un milieu hostile. Il fallait donc une volonté tenace de l'État romain pour réaliser un projet urbain d'une rare monumentalité.

La ville antique est organisée autour d'un sanctuaire religieux remanié à plusieurs reprises, dédié à l'empereur. Son architecture monumentale est instrumentalisée en une mise en scène grandiose au service de l'idéologie impériale. Ainsi, le citoyen ou le visiteur ne pouvait échapper à cette vision impressionnante qui guidait obligatoirement son regard, dès les abords de l'arc, vers une perspective savamment élaborée où, étagés jusqu'au sommet de la colline, monuments, temples et portiques se répondaient. En effet, la voie romaine, la via Agrippa, venant de Lugdunum, se transformait après le passage de l'arc en une pénétrante rectiligne, qui, du nord au sud, filait droit en direction de la colline Saint-Eutrope, franchissait les portes du rempart, longeait le flanc ouest du forum et aboutissait au sanctuaire religieux.

Cette monumentalité est marquée dès les abords de la ville par un arc triomphal dédié à la gloire des fondateurs de la cité : les vétérans de la IIe Gallica, puis re-dédicacé en l'honneur de l'empereur Tibère. Outre sa fonction honorifique, il marque symboliquement la séparation entre le monde des vivants et le monde des morts ; en effet, de part et d'autre de la voie d'Agrippa, s'étendaient des nécropoles dont les sépultures et les vestiges de deux mausolées découverts en 1995, au quartier de Fourches-Vieilles, montrent l'étendue, la densité et la richesse.

 

La Rome historiée


L'arc d'Orange, érigé au nord de la ville à environ 70 mètres au nord des remparts, est un édifice assez massif à trois baies dont le décor évoque la toute-puissance de Rome. Sur ses faces nord et sud, des armes celtes de la période de l'indépendance paraissent comme accrochées en éventail sur un mur ; sur ses côtés est et ouest, les Celtes sont représentés enchaînés. Armes et captifs semblent des trophées éternels sculptés dans la pierre rappelant la permanence de la domination que Rome triomphante exerce sur les peuples de la région.

À ce décor s'ajoute celui de dépouilles navales où proues, avirons, ancres et aplustres, sous l'oeil bienveillant de sirènes et de monstres marins, se mêlent dans un désordre savant, rappelant la maîtrise sur le monde maritime que la victoire d'Actium donna à Rome. Enfin, sur l'attique supérieur, dans une étroite mêlée, s'affrontent cavaliers et fantassins, rappelant le vieux thème pergaménien qui oppose Grecs et Galates qui, ici, sont devenus des Romains et des Celtes.

 

La nouvelle jeunesse de l'Arc de Triomphe

Fin 2009, il est devenu le plus bel Arc Romain ! Après 1 an de restauration minutieuse, l'Arc a retrouvé son triomphe d'antan, et dévoile enfin aux visiteurs, la beauté de ses sculptures. Doté de sa Romanité restaurée, à nouveau l'Arc de Triomphe s'impose.

 

Le monument dégage maintenant alors une telle puissance qu'il ne laisse pas insensible, même l'oeil le moins averti.

Une restauration...

Dans le cadre du plan Patrimoine Antique, comme le Théâtre Antique en 2006, l'Arc d'Orange connait une nouvelle jeunesse depuis fin 2009. Le coût du chantier s'est élevé à 600 000 euros financés à 50 % par l'état, à 20 % par la Région, à 25 % par le département et à 5 % par la ville d'Orange.

L'origine des arcs de triomphe
L'origine des arcs de triomphe est attribuée généralement aux portes, construites à l'entrée des villes romaines pour marquer le retour triomphal d'un général et de son armée. L'Arc de Triomphe d'Orange n'évoque pas un triomphe en particulier mais symbolise la suprématie de Rome sur mer comme sur terre. Appelé Arc de Triomphe, il serait plus exact de dire Arc Municipal.
Découvertes archéologiques
En 1999, lors des fouilles effectuées au Nord de l'Arc de Triomphe, de fabuleux vestiges archéologiques appartenant à une nécropole antique ont été découverts. Ainsi, mausolées, têtes de Bacchus, de cyclope, d'Hercule ainsi que des plaques funéraires, du matériel d'offrandes, et bien d'autres éléments encore, s'ajoutent désormais au prestigieux patrimoine romain orangeois.